L'accès à la totalité de l'article est réservé aux adhérents
S'identifier - Pourquoi adhérer ?
AccueilPresseCommuniqués de presse (Page 2)

Communiqué de Presse – L’Intersyndicale des Orthophonistes alerte le Gouvernement et s’étonne des réponses obtenues

L’Intersyndicale des Orthophonistes alerte le Gouvernement et s’étonne des réponses obtenues

Suite à sa demande en date du 21 février, l’Intersyndicale des Orthophonistes a obtenu un rendez-vous le jeudi 14 avril 2022 en visioconférence pour échanger avec M. Delescluse, membre du cabinet d’Olivier Véran, ministre de la Santé.

Il nous a dressé un bilan reluisant du quinquennat d’Emmanuel Macron, affichant une ferme assurance quant à l’orientation de la politique de santé, notamment du Ségur. Celui-ci aurait eu pour but d’avoir des grilles uniformisées par niveau de diplôme.

Notre constat n’est pas le même et aucune de ces décisions ne permet d’enrayer les problèmes que connaît notre profession :

  • les études sont menacées par les expérimentations de mutualisation qui risquent de porter atteinte à la spécificité de notre métier,
  • les revalorisations salariales sont insuffisantes,
  • le Ségur est discriminant et trompeur, il induit un traitement différencié selon la profession et l’institution dans laquelle on travaille (CTI non accordé pour tous),
  • on assiste de plus en plus à une casse des institutions, entraînant pénurie et fuite dessoignants.Le Ségur et les négociations en cours pour les conventions collectives dans le médico-social ou pour le statut dans la Fonction Publique Hospitalière ont pour but de favoriser des accords locaux au détriment de la législation nationale.Nous dénonçons ce désengagement de l’Etat avec l’introduction de dérégulations au niveau de l’organisation du travail dans les équipes, du recrutement, de la rémunération, de la formation initiale. Les mutualisations de formation en santé apparaissent ainsi comme des moyens de réduction budgétaire et de gestion de pénurie.Nous demandons donc au Ministère de la Santé et au Gouvernement de prendre leurs responsabilités et d’œuvrer pour l’accès au soin pour toutes et tous et sur tout le territoire et ainsi :
  • protéger le diplôme et la qualification professionnelle des orthophonistes (certificat de capacité d’orthophoniste encadré par le Code de la Santé Publique, niveau bac+5),
  • garantir la qualité de la formation en donnant de vrais moyens aux universités pour le recrutement d’enseignants chercheurs et d’enseignants cliniciens,
  • donner aux équipes soignantes les moyens de travailler et de soigner,
  • mettre fin aux difficultés de recrutement des orthophonistes en proposant des postes réellement attractifs et pérennes dans les secteurs sanitaire et médico-social,
  • pérenniser les lieux de stage pour les étudiants afin de préserver leur qualité de formation,
  • revaloriser les salaires des orthophonistes à leur juste valeur par des grilles s’appliquant à tous(bac+5).Il nous a été promis que le dossier des orthophonistes serait transmis au cabinet suivant. L’Intersyndicale des orthophonistes y veillera et ne manquera pas de solliciter rapidement un nouveau rendez-vous pour obtenir des réponses à ses demandes.

COMMUNIQUE DE PRESSE – Aide financière exceptionnelle pour les prises en soin à domicile – La FNO attend plus!

Aide financière exceptionnelle pour les orthophonistes pour les prises en soin à domicile

La FNO salue la mesure mais attend plus !

La Fédération Nationale des Orthophonistes alerte le gouvernement, le ministère de la Santé et l’Union nationale des caisses d’assurance maladie depuis de nombreuses années : les orthophonistes, au-delà des difficultés de l’accès aux soins, ne sont pas incitées à se rendre au domicile des patients les plus fragiles : Indemnités de déplacements trop basses, bien en-deçà des dépenses réelles.

La revalorisation des indemnités de déplacement obtenue dans l’avenant 19 est importante. Mais le contexte économique actuel et l’augmentation du prix des carburants diminuent l’impact des mesures annoncées et encore non applicables.

À la suite des nombreux échanges avec la FNO et les autres organisations représentatives des professionnels de santé, l’Assurance maladie a annoncé hier la mise en place d’une aide financière exceptionnelle transitoire pour tous les professionnels de santé conventionnés effectuant des actes à domicile. Cette aide vise à compléter la compensation de la hausse du prix des carburants par la baisse déjà appliquée “à la pompe”. Elle sera appliquée jusqu’au 31 juillet 2022.

Ainsi, les indemnités forfaitaires de déplacement IFD et les indemnités kilométriques IK sont revalorisées afin d’atteindre une aide équivalente de 0,15€/L de carburant. Cela équivaut à une augmentation de 4 centimes de l’IFD et d’1 centime par indemnité kilométrique.

La Fédération Nationale des Orthophonistes salue cette revalorisation mais regrette que celle-ci soit transitoire et trop faible pour permettre une réelle incitation à la prise en soin à domicile et une vraie compensation des dépenses qui se majorent depuis des années.

La Fédération Nationale des Orthophonistes rappelle que seules des mesures fortes et pérennes favoriseront la prise en soin à domicile, pilier du maintien des plus fragiles chez eux.

Communiqué de Presse – La Fédération Nationale des Orthophonistes, prête à travailler avec le nouveau gouvernement

La Fédération Nationale des Orthophonistes, prête à travailler avec le nouveau gouvernement !

La Fédération Nationale des orthophonistes prend acte de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République et tient à réaffirmer son engagement dans le dialogue social, dialogue nécessaire et fondamental pour la vitalité et le bon fonctionnement de la démocratie et de ses institutions.

La FNO rappelle combien la Santé et la protection sociale sont les piliers de notre pays. C’est pourquoi il est essentiel qu’un ministère soit consacré à ces sujets. 

La FNO se tient prête à travailler avec le futur gouvernement sur les sujets incontournables pour les usagers du système de santé, pour les patients, pour leurs aidants familiaux et professionnels, pour les professionnels de santé et pour les orthophonistes. 

Les chantiers sont nombreux, certains sont déjà ouverts et doivent être poursuivis, d’autres restent à traiter. 

La FNO rappelle son attachement au dialogue conventionnel qui devrait être repensé, afin d’être une véritable instance paritaire.

Force est de constater que les derniers mois ont tout de même montré de véritables failles dans notre système de santé, de soins et il va falloir ensemble les surmonter.

L’accès aux soins, que ce soit en ville ou à l’hôpital est, sur tout le territoire, de plus en plus difficile pour les patients. Il est important maintenant de stopper le démantèlement des hôpitaux, des structures médico-sociales, les départs nombreux des professionnels de santé, des orthophonistes de ces établissements. En ville, les professionnels de santé, les orthophonistes en libéral, se trouvent aussi débordés, et n’arrivent plus à faire face aux demandes de soins, aux contraintes administratives qui alourdissent leur quotidien, et prennent de leur temps de soignants.

La confiance des professionnels de santé, des orthophonistes doit être gagnée à nouveau. Des moyens doivent maintenant être engagés pour que chacun puisse répondre au mieux aux missions qui sont les siennes : la prévention, le soin, l’accompagnement des patients, des malades, des personnes porteuses d’un handicap … mais ces missions doivent être reconnues et valorisées, rémunérées. 

Le futur des professionnels de santé, des orthophonistes qu’ils soient en libéral ou en salariat : travailler toute sa vie, au service des autres mais avec quelle protection sociale, quelle retraite à la fin de l’exercice professionnel, et quelle durée d’exercice professionnel ? Les discussions doivent être engagées, dès à présent, avec les syndicats professionnels. 

De nombreuses questions restent en suspens, de nombreux dossiers doivent être traités.

La FNO se tient prête à représenter et à défendre les orthophonistes dans un dialogue réel et constructif avec le nouveau gouvernement et le président. 

Communiqué de presse – Port du masque et développement du langage

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Non, le port du masque n’est pas délétère pour le développement du langage !

 

La Fédération Nationale des Orthophonistes, l’Union Nationale pour le Développement de la Recherche et de l’Evaluation en Orthophonie (UNADREO) et le Collège Français en Orthophonie (CFO) rappellent que le masque n’est pas délétère pour l’apprentissage du langage chez l’enfant tout venant.

 

La dernière revue de littérature menée par l’UNADREO, la société savante en orthophonie, qui s’appuie sur les recherches actuelles, révèle que le port du masque n’entrave pas le développement du langage chez les enfants présentant un neurodéveloppement typique, malgré les inquiétudes. Une très récente étude sur le développement du langage chez le tout-petit montre que les enfants de 2 ans sont tout à fait capables de reconnaître des mots courants produits avec un masque opaque. Concernant les enfants d’âge scolaire et l’apprentissage de la lecture, les évaluations nationales à l’école montrent que le port du masque n’a pas été associé à une augmentation du nombre d’élèves en difficultés scolaires, à la différence de la fermeture des écoles lors du confinement. Si le ressenti et les craintes des professionnels de la petite enfance doivent être entendues, il nous paraît essentiel de s’appuyer sur des données scientifiques et chiffrées pour mesurer l’impact réel du port du masque.

Si la communication passe en partie par les expressions faciales, elle ne se résume pas à celles-là, et elle est également portée par d’autres éléments essentiels qui restent accessibles malgré le port du masque : le contexte, la communication verbale, la prosodie, le regard, les gestes. De plus, la communication humaine est caractérisée par sa grande adaptabilité. Une étude très récente a d’ailleurs montré que la généralisation du port du masque entraînait une amélioration de la capacité à identifier les émotions d’autrui à partir du regard.

D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer les impacts généraux du port du masque sur les enfants à besoins particuliers, mais les orthophonistes, professionnels de santé experts du langage et de la communication savent adapter leurs pratiques et conseiller leurs patients et leur entourage en cas de besoin, de doutes ou d’inquiétudes. Les orthophonistes, dans leur exercice, reçoivent des patients porteurs de troubles du langage et de la communication. Les orthophonistes doivent en toute circonstance, aider les patients à surmonter les obstacles à leur communication : le masque en est un pour certains. Il relève bien de l’orthophoniste d’adapter sa pratique au milieu dans lequel les patients évoluent.

Par ailleurs, au quotidien, les enfants sont en contact d’adultes non masqués en dehors des heures de garde ou scolaires. Ils bénéficient à ce moment-là d’une exposition pleine et entière aux informations non verbales véhiculées par le visage.

La FNO rappelle également que le port du masque inclusif peut être un élément de réponse à défaut d’une solution unique.

Un regroupement d’une centaine d’orthophonistes, nommé Collectif National des Orthophonistes de France a été interrogé à plusieurs reprises par les médias dans le cadre du port du masque et des inquiétudes qu’il suscite sur le développement du langage chez les enfants. Ce regroupement, en marge de la profession, revendique l’arrêt du port du masque pour et auprès des enfants.

La Fédération Nationale des Orthophonistes, seule instance représentative des orthophonistes, l’UNADREO et le CFO, instances reconnues par les autorités de tutelle, rappellent que la position du Collectif National des Orthophonistes de France ne porte pas la voix de la profession.

La FNO, l’UNADREO et le CFO resteront vigilants à la parution de nouvelles études sur le sujet.

Communiqué de presse – Tests antigéniques sous supervision: une décision gouvernementale incohérente

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Tests antigéniques sous supervision : une décision gouvernementale incohérente

Depuis le début de la crise sanitaire, face au besoin croissant de réalisation de test COVID, la Fédération nationale des orthophonistes demande que les orthophonistes puissent jouer pleinement leur rôle de professionnel·les de santé.

Les orthophonistes doivent pouvoir réaliser des tests antigéniques, comme les autres professionnel·les de santé tel·les que les médecins, les pharmacien·nes, les chirurgien·nes-dentistes, les infirmier·es, les sages-femmes, ou les kinésithérapeutes.

L’arrêté du 20 janvier 2022 permet enfin aux orthophonistes de réaliser ces tests… mais uniquement sous supervision d’un·e des professionnel·les de santé cité·es plus haut !

Les orthophonistes sont des professionnel·les expert·es de l’anatomie ORL et des pathologies des fonctions oro-myo-faciales, de grade master, reconnu·es depuis toujours acteur·rices de prévention.

Cette décision du gouvernement est incompréhensible, aberrante et intolérable. Elle représente, pour les orthophonistes, un déni de nos compétences spécifiques dans ce domaine, que nous n’acceptons pas !

 

Le Conseil d’Administration de la FNO, réuni ce week-end, réclame la possibilité pour les orthophonistes de réaliser ces tests en toute autonomie.

Les orthophonistes luttent contre l’illettrisme et l’illectronisme

Les orthophonistes luttent contre l’illettrisme et l’illectronisme

Journée Nationale de prévention « 1Bébé, 1Livre » Jeudi 18 Novembre 2021

Depuis plus de dix ans, les orthophonistes organisent chaque année, une journée d’action pour lutter contre l’illettrisme. En France, 7 % de la population âgée de 18 à 65 ans est concernée par l’illettrisme (chiffres de l’ANLCI). Quelles conséquences ? Échec scolaire, exclusion sociale, illectronisme…

L’action « 1Bébé, 1Livre » consiste à informer les  parents sur l’importance de parler à leur enfant et d’interagir avec lui dès la naissance.

A l’heure où le gouvernement met en avant les 1000 premiers jours de l’enfant et fait de l’année 2021-2022, l’année de la lecture, la Fédération Nationale des Orthophonistes déplore l’inaction des instances face à la disparition des orthophonistes des services hospitaliers et notamment de ceux dédiés à l’enfant. Il apparaît alors essentiel de rappeler les enjeux liés au développement du langage et de la communication dès les premiers mois de vie.

Le langage, outil de socialisation et socle des apprentissages

Le langage est le moyen privilégié pour communiquer, apprendre et s’insérer dans la société. Dès la naissance, le bébé communique avec son entourage par des regards, des sourires, des bruits de bouche. Ces manifestations sont les prémices de l’installation du langage. Le bébé a besoin d’attention et d’interactions. Il va ainsi pouvoir  développer ses capacités de communication, d’expression, de compréhension et quelques années plus tard, apprendre à lire et à écrire.

Le langage, facteur protecteur contre l’illettrisme et l’illectronisme

Des troubles du langage mal détectés ou non pris en charge par des professionnel.les de santé peuvent entraîner  une exclusion du système scolaire, des difficultés d’intégration sociale,  un illectronisme…  C’est pourquoi, les orthophonistes militent pour la prévention des troubles du langage dès la naissance.

« 1Bébé, 1Livre », une action au service des familles

Malgré la situation de crise sanitaire actuelle, les orthophonistes restent mobilisés pour la prévention. Maternité, crèches, PMI et tout autre lieu d’accueil de jeunes enfants peuvent accueillir l’action 1Bébé, 1Livre.

LA FÉDÉRATION NATIONALE DES ORTHOPHONISTES SOUTIENT LA MOBILISATION NATIONALE NA

La Fédération Nationale des Orthophonistes soutient la mobilisation nationale

du 18 novembre 2021 dans le secteur médico-social

Des préavis de grève et des manifestations sont prévues un peu partout en France, dont une à Paris à 13h devant le ministère des Solidarités et de la Santé pour défendre notamment, le soin et l’accès au soin dans les structures, sanitaires, sociales et médico-sociales.

La FNO est solidaire de ces mouvements car elle dénonce depuis des années la situation des orthophonistes salarié·es : la non reconnaissance de leur niveau de qualification, de compétences et de responsabilité, la faible attractivité des salaires les inégalités de traitement renforcées par le Ségur de la Santé, le morcellement des postes : multiples temps partiels, non compatibles avec la vie personnelle des professionnels, la disparition des postes par faute d’embauche, la sous-traitance des soins orthophoniques vers le secteur libéral déjà surchargé, et les demandes massives de conventionnement.

La FNO rappelle que : la qualification des orthophonistes se situe au grade Master, L’orthophonie est une profession aux pratiques avancées, le métier d’orthophoniste est reconnu comme métier en tension : avec plus de 31% de recrutements difficiles, au regard de la population en poste, les orthophonistes apparaissent comme les plus difficiles à recruter.

Les orthophonistes salarié⋅es défendent le travail pluridisciplinaire, la qualité et la continuité des soins.

ils et elles défendent l’accès au soin pour les patient·es et l’accès à la formation pratique pour les futurs diplômé·es qui éprouvent actuellement des difficultés à trouver des lieux de stage dans des établissements de santé ou des structures médico-sociales…

Aujourd’hui, les orthophonistes salarié⋅es vivent une situation de précarité, financière et statutaire et quittent leur poste.

Cette disparition a des conséquences graves :

  • Pour les patients, qui ne bénéficient pas des soins nécessaires et qui voient leurs troubles aggravés !
  • Pour les orthophonistes libéraux, qui voient leurs cabinets saturés par la sous-traitance des soins orthophoniques qui devraient être effectués en établissement !

La FNO alerte depuis de nombreuses années le Ministère, le Gouvernement et le Président de la République. La FNO rencontre les Fédérations d’employeurs et même si elle n’est pas à la table des négociations, elle saura faire entendre ses revendications.

La FNO soutient la mobilisation du 18 novembre et invite les orthophonistes à rejoindre les collègues du secteur sanitaire, social et médicosocial pour la reconnaissance réelle du statut de l’orthophoniste et l’harmonisation de la rémunération en fonction des niveaux de qualification et de compétences.

La FNO soutient la mobilisation nationale du 18 novembre 2021 dans le secteur médico-social

La Fédération Nationale des Orthophonistes soutient la mobilisation nationale du 18 novembre 2021 dans le secteur médico-social

 

Des préavis de grève et des manifestations sont prévues un peu partout en France, dont une à Paris à 13h devant le ministère des Solidarités et de la Santé pour défendre notamment, le soin et l’accès au soin dans les structures, sanitaires, sociales et médico-sociales.

 

La FNO est solidaire de ces mouvements car elle dénonce depuis des années la situation des orthophonistes salarié·es : la non reconnaissance de leur niveau de qualification, de compétences et de responsabilité, la faible attractivité des salaires les inégalités de traitement renforcées par le Ségur de la Santé, le morcellement des postes : multiples temps partiels, non compatibles avec la vie personnelle des professionnels, la disparition des postes par faute d’embauche, la sous-traitance des soins orthophoniques vers le secteur libéral déjà surchargé, et les demandes massives de conventionnement.

La FNO rappelle que : la qualification des orthophonistes se situe au grade Master, L’orthophonie est une profession aux pratiques avancées, le métier d’orthophoniste est reconnu comme métier en tension : avec plus de 31% de recrutements difficiles, au regard de la population en poste, les orthophonistes apparaissent comme les plus difficiles à recruter.

Les orthophonistes salarié⋅es défendent le travail pluridisciplinaire, la qualité et la continuité des soins.

ils et elles défendent l’accès au soin pour les patient·es et l’accès à la formation pratique pour les futurs diplômé·es qui éprouvent actuellement des difficultés à trouver des lieux de stage dans des établissements de santé ou des structures médico-sociales…

Aujourd’hui, les orthophonistes salarié⋅es vivent une situation de précarité, financière et statutaire et quittent leur poste.

Cette disparition a des conséquences graves :

  • Pour les patients, qui ne bénéficient pas des soins nécessaires et qui voient leurs troubles aggravés !
  • Pour les orthophonistes libéraux, qui voient leurs cabinets saturés par la sous-traitance des soins orthophoniques qui devraient être effectués en établissement !

La FNO alerte depuis de nombreuses années le Ministère, le Gouvernement et le Président de la République. La FNO rencontre les Fédérations d’employeurs et même si elle n’est pas à la table des négociations, elle saura faire entendre ses revendications.

La FNO soutient la mobilisation du 18 novembre et invite les orthophonistes à rejoindre les collègues du secteur sanitaire, social et médicosocial pour la reconnaissance réelle du statut de l’orthophoniste et l’harmonisation de la rémunération en fonction des niveaux de qualification et de compétences.

 

 

 

Communiqué de presse – Accès direct aux soins en orthophonie

Accès direct aux soins en orthophonie :

Bien loin d’un danger, c’est un parcours de soins simplifié pour

une coordination renforcée entre professionnels de santé

 

Depuis l’adoption par l’assemblée nationale d’un article proposant « l’accès direct » pour certaines professions de santé dont les orthophonistes dans le PLFSS 2022, les communiqués de presse de certaines organisations médicales visant à dénoncer les expérimentations se multiplient.

Ces réactions d’un autre temps, s’appuyant sur une vision verticale du rapport prescripteur/ prescrit, agitent des peurs injustifiées. Elles ne reposent que sur la méconnaissance du projet, pourtant exposé – la FNO le rappelle- à tous les syndicats représentatifs des médecins depuis plusieurs années, et notamment rappelé lors du vote d’un article non limitatif, lors de la loi Rist en avril dernier.  Ces communications nient la réalité du rapport médecin/orthophoniste/patient sur le terrain.

La FNO rappelle que l’accès direct aux soins s’inscrit dans un projet global pour essayer de faciliter l’accès aux soins en orthophonie. 20 propositions ont été présentées au ministre de la Santé, certaines ont déjà été mises en œuvre et c’est un déploiement de toutes ces actions qui permettra à plus de patients d’être pris en soins en orthophonie.

La FNO rappelle que dans son projet présenté aux syndicats médicaux et aux tutelles :

  • L’accès direct ne sera pas exclusif; l’accès avec prescription sera toujours possible.
  • L’accès direct tel que proposé par la FNO est sécurisé pour le patient en préservant l’avis médical. Le compte rendu au médecin de bilan orthophonique est déjà obligatoire depuis 2002.
  • l’accès aux soins orthophoniques sans diagnostic médical préalable dans un grand nombre de cas est une réalité de terrain depuis plus de 20 ans. La réalité du parcours de soins n’a entraîné aucun risque pour les patients ; ce parcours est basé sur la coordination de soins et sur une expertise reconnue.
  • L’orthophoniste souhaite continuer à agir dans ses domaines de compétences : aucune délégation ou transfert de tâches n’est réclamé par la profession.
  • Les orthophonistes orientent massivement les patients vers des examens complémentaires (via leur médecin traitant) chez des médecins spécialistes et particulièrement pour des examens ORL.
  • Actuellement, près de 20 % des prescriptions médicales de bilan orthophonique que les orthophonistes sont règlementairement tenus de réaliser ne sont pas nécessaires et relèvent d’un mauvais adressage.

La FNO s’étonne que l’interdisciplinarité et la juste reconnaissance des compétences autonomes de chaque professionnel aient encore besoin d’être argumentées et défendues, malgré la réalité des coopérations et de l’évolution des organisations des soins sur le terrain.

À une ère où le patient est devenu central dans le soin, où chaque professionnel de santé peut contribuer à ce qu’il agisse au mieux pour sa santé, à une ère où les actions de prévention, d’information, d’éducation, permettent à chacun de jouer son rôle, les professionnels de santé peuvent travailler en bonne entente. Le médecin généraliste comme les autres spécialités médicales sont indispensables et doivent rester « pivots » du système.

La FNO rappelle qu’il est temps de fluidifier les parcours de soin pour le bénéfice du patient.

La FNO soutient les médecins généralistes et spécialistes dans leur combat pour une juste reconnaissance de leur profession, une juste valorisation de leurs actes et de leurs missions.

Mais cette juste reconnaissance et cette valorisation des médecins, difficile à obtenir en effet, ne doit pas se faire au détriment des autres professionnels de santé ni passer par une dévalorisation et une pénalisation des « prescrits » par les prescripteurs.

La FNO appelle au contraire toutes les organisations représentatives des professionnels de santé à être unies et à se battre ensemble pour faire reconnaitre justement les compétences spécifiques à chaque profession et pour qu’elles soient valorisées à leur juste niveau.

Les orthophonistes ravis de la fin possible de l’ordonnance pour les consulter

Les orthophonistes ravis de la fin possible de l’ordonnance pour les consulter

Article paru le 24 octobre 2021 sur sudouest.fr

Élodie Derrien-Pascual, vice-présidente de la Fédération nationale des orthophonistes, se réjouit des amendements déposés à l’Assemblée nationale à propos de l’accès direct aux soins d’orthophonie…

Cliquez ici pour lire l’article.