L'accès à la totalité de l'article est réservé aux adhérents
S'identifier - Pourquoi adhérer ?
AccueilActualitésCadre législatif (Page 2)

Conseil économique, social et environnemental le 30 mars 2022

Le 30 mars au Conseil économique, social et environnemental (CESE), rencontre avec tou·tes les candidat·es aux élections présidentielles et/ou leur représentant·e

 

La FNO, membre de l’intersyndicale des Libéraux de Santé, sera présente le 30 mars prochain dans l’hémicycle du CESE, pour rencontrer tou·tes les candidat·es aux élections présidentielles et/ou leur représentant·e. En effet, les Libéraux de Santé  (LDS) souhaitent peser dans les débats de la campagne présidentielle. Les Libéraux de Santé présenteront donc ensemble aux candidat·es un projet de loi ambitieux pour faire avancer l’organisation de la santé, de la protection sociale et l’accès aux soins pour les patient·es.

La FNO invite tou·tes les orthophonistes, adhérent·es ou non, à venir écouter les projets des candidat·es à la prochaine élection présidentielle, à poser des questions et à débattre sur des thèmes comme le financement du système de santé publique, la revalorisation de nos professions, l’accès aux soins, les complémentaires santé et la grande sécu…

Vous pouvez vous inscrire en cliquant ici

Halte aux demandes injustifiées de bilan orthophonique

Halte aux demandes injustifiées de bilan orthophonique dans le cadre des aménagements scolaires : la FNO et le ministère de l’Éducation Nationale trouvent une solution. 

 

La FNO et le ministère de l’Éducation Nationale trouvent une solution aux demandes injustifiées de bilan orthophonique dans le cadre des aménagements scolaires.

La FNO et la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire (DGESCO) ont travaillé conjointement pour répondre aux demandes répétées et injustifiées de réalisation de bilan orthophonique de moins de X mois/années ne correspondant pas à notre NGAP.

Il s’agit de clarifier le rôle du bilan orthophonique et son inscription dans le parcours de soin et de proposer un outil de coordination entre les orthophonistes et le personnel de l’Éducation nationale dont les médecins scolaires.

L’objectif est avant tout de permettre une meilleure prise en compte des répercussions des troubles présentés par nos patient·es et un accompagnement au plus près de leurs besoins.

Cette collaboration a permis :

  • La réalisation d’un courrier, conjointement signé, à l’adresse des orthophonistes et des médecins de l’Éducation Nationale
  • L’élaboration d’un outil de coordination sans informations médicales : la grille d’impact résiduel à destination des orthophonistes
  • La rédaction de notice d’utilisation de la grille à destination des orthophonistes

Cette grille pourra être remplie par l’orthophoniste au cours d’une séance en concertation avec le ou la patient·e et son entourage. Ensuite, elle pourra être transmise au personnel de l’Éducation nationale par la famille.

Vous pouvez télécharger ci-dessous en PDF les différents éléments.

Tout savoir en 90 secondes – #6 L’avenant 19 (partie 2)

#6 L’avenant 19 (partie 2)

Dans ce podcast, nous présentons aujourd’hui la suite des mesures obtenues par l’avenant 19 signé le vendredi 25 février.

Les premières mesures vous ont été présentées lors d’un premier podcast que vous pouvez retrouver sur le site de la FNO en cliquant ici.

 

La quatrième mesure était attendue depuis longtemps et concerne la valorisation de l’activité de rééducation en groupe qui passe de AMO 5 à AMO 9, afin de répondre aux données scientifiques actualisées sur les bénéfices des modalités de prises en soins en groupe. Les actes portant sur les troubles de l’oralité et les pathologies dans le champ du handicap peuvent maintenant être effectués en groupe. Pour rappel, on considère un groupe de 2 à 4 patients pour un orthophoniste.

La cinquième mesure : l’intervention des orthophonistes au domicile des patients les plus fragiles

La revalorisation de l’indemnité forfaitaire de déplacement de 2,50€ à 4€ pour les pathologies neurologiques, neurodégénératives et toutes sorties d’hospitalisations jusqu’à 35 jours après la sortie. C’était une demande forte de la FNO depuis de nombreuses années dans un contexte sanitaire où le maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie est de plus en plus favorisé et dans un contexte économique où le coût des déplacements est de plus en plus élevé. Nous regrettons que seules les pathologies neurologiques puissent en bénéficier pour l’instant et espérons un élargissement dans les prochaines années.

La mesure 5 permet également d’augmenter les indemnités kilométriques de 0,24 € à 0,38€.

La sixième mesure : la valorisation de certaines prises en charges spécifiques :

Elle valorise les actes touchant les patients avec des dysphagies (AMO 11 devient AMO 12,8) et la voix œsophagienne (AMO 11,2 devient AMO 13) en vue de favoriser ces interventions par les orthophonistes.

Elle augmente également les actes les moins valorisés de notre nomenclature comme l’articulation, la déglutition dysfonctionnelle et la rééducation vélo-tubo-tympanique : AMO 8 se transforme en AMO 9,7  AMO 9,8 et AMO 9,9.

La septième mesure concerne l’actualisation des dispositions conventionnelles existantes. Ainsi, le FOH concernait jusque-là les prises en soins en 13.8, 14 et 15,4 jusqu’à 16 ans. Cet avenant permet d’ajouter les prises en soins citées en 15.7 jusqu’à 16 ans. Il est facturable une fois par an et par patient et pourra être facturé une 2e fois dans l’année en cas d’aggravation de l’état de santé du patient.

Comme pour toutes les professions de santé, le critère optionnel concernant l’exercice coordonné devient obligatoire. Il devient alors nécessaire d’être impliqué dans une forme de coordination. Il pourra s’agir d’une adhésion à une CPTS, une appartenance à une MSP ou une ESP mais aussi d’une participation à une ESCAP, future forme flexible d’exercice coordonné. La participation à des réunions de synthèse dans des structures médico-sociales ou toute forme d’exercice coordonné autour d’un patient devrait également être acceptée. Le FAMI s’élèvera alors à 590 euros.

Enfin, le FPH qui peut être facturé en cas de prise en charge d’un patient à sa sortie d’hospitalisation a vu son délai étendu à 7 jours calendaires après la sortie.

La huitième mesure nous permet de poursuivre à titre expérimental les actions de dépistage précoce des troubles du langage et de la communication en milieu scolaire via le DPL3. Elle prévoit d’élargir les territoires d’expérimentation en vue de la généralisation sur tout le territoire.

Une mesure propose enfin une suppression de la DAP pour les bilans initiaux, pour les 2 premières séries de séances. Cette simplification administrative permettra enfin  de soulager les orthophonistes d’une obligation administrative lourde et sans fondement et de diminuer les frais inhérents. La CNAM et ses caisses confirment ainsi la confiance accordée aux orthophonistes, responsables et autonomes dans leurs actes. La DAP reste pour le moment nécessaire à la suite des bilans de renouvellement, un point d’étape sera réalisé à distance avec l’assurance maladie pour envisager une suppression totale.

Téléchargez l’article au format PDF  en cliquant ici

Tout savoir en 90 secondes – #5 L’avenant 19 (partie 1)

#5 L’avenant 19 (partie 1)

L’Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie (UNCAM) et la FNO ont signé vendredi 25 février 2022 l’avenant 19 à la convention nationale des orthophonistes.

Ce nouvel avenant conventionnel va permettre une revalorisation très attendue de plusieurs des actes orthophoniques non revalorisés depuis longtemps. La création d’un acte rémunéré de prévention et d’accompagnement parental, la suppression de la DAP fortement demandée par la profession et un élargissement des zones reconnues comme sous denses.

Nous vous présentons dans ce premier podcast une partie des nouvelles mesures obtenues dans cet avenant. Pour rappel, depuis 2007, toutes les revalorisations financières s’appliquent 6 mois après la publication de l’avenant au journal officiel. Les autres mesures sont applicables le lendemain de sa parution au JO, environ 2 mois après la signature.

La première mesure concerne l’amélioration de l’accès des patients aux soins d’orthophonie. Un grand nombre de zones sous-dotées (plus de 25 %) est ajouté aux zones très sous-dotées et permet ainsi l’élargissement du nombre de zones éligibles aux contrats incitatifs d’installation. Cette mesure est plus proche de la réalité du terrain.
L’élargissement de l’aide aux maîtres de stage sera quant à elle dorénavant de 200 euros par mois pendant les périodes de stage dans les zones les plus sous-dotées pour que les étudiants en orthophonie puissent être reçus.

La seconde mesure concerne la valorisation de la prise en soins des troubles du neurodéveloppement : La revalorisation de TOUS les actes concernant les troubles du langage écrit et de la cognition mathématique était un indispensable car ceux-ci n’avaient pas été revalorisés depuis de nombreuses années. Ces revalorisations se feront en deux temps, d’abord 6 mois après la mise en application de l’avenant puis en juillet 2023. L’AMO 10 passe en 10.7 puis en 11.5. L’AMO 10.1 passe en 10.8 puis en 11.6. L’AMO 10.2 passe en 10.9 puis en 11.7. Ces actes concernent en moyenne 25% des actes des orthophonistes.

La troisième mesure concerne l’amélioration de la pertinence du recours aux soins et de l’accompagnement des patients et de leur famille.
Suite aux assises, les orthophonistes ont rappelé la demande forte de rémunérer le temps passé “bénévolement” au téléphone à conseiller les familles, les orienter dans le parcours de soins et donner des conseils de prévention. Ce nouvel acte permet de valoriser ce temps de conseil en le transformant en un acte rémunéré. L’orthophoniste choisit, selon la demande, s’il réalise un bilan de prévention et d’accompagnement parental, qui est plus court, ne nécessite pas forcément d’épreuves, donne simplement lieu à une note au médecin et ne sera pas suivi de séance ; ou s’il réalise un bilan orthophonique classique, qui sera ou non suivi de rééducation. L’objectif de cet acte de prévention est de prévenir l’aggravation de « fragilités » en troubles. C’est la première fois qu’un acte de prévention entre dans notre nomenclature. Ce bilan est facturé AMO20.

Dans un prochain podcast, nous vous présenterons les 4 autres mesures issues de cet avenant.
Retrouvez- nous en Facebook live jeudi 3 mars à 20h30. Nous répondrons à toutes vos questions.

Téléchargez l’article au format PDF en cliquant ici

Signature de l’avenant n°19 – 25 février 2022

Signature de l’avenant N°19 à la Convention nationale des orthophonistes : des revalorisations pour l’exercice libéral de l’orthophonie

 

L’Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie (UNCAM) et la Fédération Nationale des Orthophonistes (FNO), seul syndicat reconnu représentatif de la profession, ont signé vendredi 25 février 2022 l’avenant 19 à la convention nationale organisant les rapports entre les orthophonistes et l’assurance maladie.

Ce nouvel avenant conventionnel va permettre une revalorisation très attendue de plusieurs des actes orthophoniques non revalorisés depuis longtemps, la création d’un acte rémunéré de prévention et d’accompagnement parental, une simplification administrative fortement demandée par la profession et un élargissement des zones reconnues comme sous denses

La FNO déplore que ces négociations aient eu lieu dans un contexte bloqué de revalorisation des lettres-clés et sous une contrainte temporelle forte liée à l’élection présidentielle. La FNO salue néanmoins leur aboutissement ; elles étaient devenues une urgence pour la profession dans la situation de crise que les orthophonistes traversent depuis plusieurs années.

 

L’équipe de l’UNCAM, dirigée par Thomas Fatôme, Directeur Général et
l’équipe de la FNO, dirigée par Anne Dehêtre, Présidente de la FNO,
lors de la signature de l’avenant 19.

 

Les principales mesures contenues dans l’avenant 19

1- Mesures en faveur de l’amélioration de l’accès des patients aux soins d’orthophonie 

  • en ajoutant un grand nombre de zones sous-dotées aux zones très sous-dotées pour permettre l’élargissement du nombre de zones éligibles aux contrats incitatifs d’installation et se rapprocher de la réalité du terrain.
  • en élargissant l’aide aux maîtres de stages dans les zones les plus sinistrées, pour que les étudiants en orthophonie puissent être reçus.

2- Mesure en faveur de la valorisation de la prise en charge des personnes présentant un Trouble du Neuro-Développement (TND) 

  • en revalorisant tous les actes concernant les troubles du langage écrit et de la cognition mathématique, non revalorisés depuis de nombreuses années, pour les orthophonistes, acteurs essentiels et incontournables du parcours de santé des personnes porteuses d’un trouble du neuro-développement. Ainsi, cette revalorisation se déroulera en 2 étapes, une première qui interviendra 6 mois après l’entrée en vigueur de cet avenant, comme l’impose la loi concernant toutes les revalorisations financières, et une seconde en juillet 2023.
    Les actes en AMO10 passeront en AMO10.7 puis en AMO 11.5. Les actes en AMO10.1 passeront en AMO10.8 puis en AMO 11.6. Les actes en AMO10.2 passeront en AMO10.9 puis en AMO 11.7.

3 – Mesure en faveur de l’amélioration de la pertinence du recours aux soins et de l’accompagnement des patients et de leur famille 

  • en créant un acte de prévention et d’accompagnement parental, rémunéré, afin de pouvoir prévenir l’aggravation de « fragilités » en troubles et de valoriser l’orthophoniste en tant qu’expert. Le libellé « bilan de prévention » permettra à l’orthophoniste seul de déterminer le bilan à réaliser (bilan orthophonique vs bilan/acte de prévention).

4 – Mesure en faveur de la valorisation de l’activité de rééducation en groupe 

  • en valorisant les séances de rééducation en groupe de AMO5 à AMO9, afin de répondre aux données scientifiques actualisées sur les bénéfices des modalités de prises en soins en groupe. En réaffirmant la possibilité de considérer un groupe à partir de 2 patients pour un orthophoniste.

5 – Mesure en faveur de l’intervention des orthophonistes au domicile des patients les plus fragiles 

  • en revalorisant l’indemnité forfaitaire de déplacement de 2,50€ à 4€ pour certaines pathologies nécessitant majoritairement les prises en soins à domicile (pathologies neurologiques, neurodégénératives et toutes sorties d’hospitalisation)
  • en augmentant les Indemnités Kilométriques (IK) de 0,24€ à 0,38€

6 – Mesure en faveur de la valorisation de certaines prises en charges spécifiques 

  • en valorisant les actes touchant les patients avec des dysphagies (AMO11 devient AMO12.8) et la voix œsophagienne (AMO11.2 devient AMO13) en vue de favoriser ces interventions par les orthophonistes.
  • en valorisant les actes les moins valorisés de notre nomenclature comme l’articulation, la déglutition dysfonctionnelle et la rééducation vélo-tubo-tympanique : l’AMO8 est transformé respectivement en AMO9,7, AMO9,8 et AMO 9,9

7 – Mesure en faveur de la poursuite à titre expérimental des actions de prévention des troubles du langage et de la communication en milieu scolaire 

  • en élargissant les territoires d’expérimentation en vue de la généralisation sur tout le territoire.

8 – Mesure en faveur d’une simplification administrative 

  • en supprimant enfin l’obligation de Demande d’Accord Préalable (DAP) attachée à la prescription initiale, afin de soulager les orthophonistes d’une obligation administrative lourde et sans fondement et de diminuer les frais inhérents. La CNAM et ses caisses confirment ainsi la confiance accordée aux orthophonistes, responsables et autonomes dans leurs actes.

La FNO accueille favorablement les revalorisations et avancées de l’avenant 19 qui répond à des attentes fortes des orthophonistes.

 

Retrouvez Anne Dehêtre, Présidente de la FNO, jeudi soir 03 mars 2022 lors d’un Facebook Live sur la page de la FNO  afin de poser toutes vos questions !

 

Avenant 19 : Négociations conventionnelles

Avenant 19 : des négociations conventionnelles sur le point d’aboutir.

 

L’avenant 18, signé le 29 juillet 2021, inscrivait un engagement de l’Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie (UNCAM) à démarrer rapidement nos négociations conventionnelles visant à revaloriser l’activité libérale des orthophonistes, afin de les conclure avant l’élection présidentielle. A très peu de temps de l’échéance, l’avenant 19 est sur le point d’être signé.

La FNO regrette profondément la non revalorisation de l’AMO, annoncée par le gouvernement pour toutes les professions, mais se réjouit de la revalorisation obtenue, qui touchera en plusieurs phases, l’ensemble des actes non revalorisés depuis des années, notamment dans le cadre des TND. Cet avenant 19 sera également innovant avec, l’amélioration du dispositif d’aide à l’installation, la simplification de la procédure de Demande d’Accord Préalable et pour la première fois, la création d’un bilan de prévention et d’accompagnement rémunéré, un premier pas important vers une valorisation de la prévention, pratiquée depuis toujours par les orthophonistes.

Une signature est espérée dans les jours qui viennent, pour une application 6 mois après la parution au journal officiel, comme le prévoit la loi.

Nous vous présenterons en détails dès la semaine prochaine toutes les nouvelles mesures obtenues dans cet avenant.

Le Ségur pour tou·tes les orthophonistes salarié·es !

Les accords du Ségur de la Santé évoluent et proposent enfin des avancées concrètes pour les orthophonistes.

 

Le Décret n° 2022-161 du 10 février 2022 étend le complément de traitement indiciaire (CTI) de 183 euros aux orthophonistes travaillant dans des établissements gérés par des fonctions publiques (hospitalières ou territoriales). Un effet rétroactif de versement de ce complément, depuis octobre ou novembre 2021 selon les structures, est attendu. La FNO attendait depuis longtemps cette parution qui n’est certes pas à la hauteur d’une juste rémunération mais qui rétablit déjà une équité de traitement dans la fonction publique. La FNO attend encore pour tou·tes les orthophonistes des structures médico-sociales, quel que soit leur statut, une revalorisation décente de leurs salaires.

Les orthophonistes qui exercent dans le secteur médico-social sont également concerné·es par le Ségur par le biais des accords Lafourcade. Les organisations représentatives des salarié·es avaient alors dénoncé la mise à l’écart du personnel non soignant, qui a depuis été inclus dans les bénéficiaires du CTI, et s’étaient opposés à la proposition de l’Etat. Ce rejet des syndicats représentatifs des salarié·es a conduit à une «recommandation patronale» pour le versement de cette prime. L’octroi de cette prime dépend donc des employeurs mais de nombreux orthophonistes ont bénéficié de cette prime depuis janvier 2022.

Le 18 février 2022 s’est tenue la conférence des métiers et de l’accompagnement du social et du médico-social. Lors de cette conférence, il a également été question du projet de convention collective unique qui divise les organisations syndicales. Nexem et la Fehap ont obtenu mandat pour ouvrir les négociations. Nous savons que ces négociations prendront du temps (certainement plusieurs années) et qu’il nous faudra, avec les grandes centrales, veiller à ce que les orthophonistes soient reconnu·es et valorisé·es à leur juste niveau de compétences. La FNO suivra de près ces négociations et continuera d’interpeller les représentant·es des employeurs et les organisations représentatives des salarié·es.

 

L’année 2022 sera riche, c’est le moment d’être uni·es ! Soutenez-nous en adhérant à la FNO ! Plus nous serons nombreux·euses, plus nos revendications auront du poids.

Le souhait de la FNO pour cette année 2022 : l’édito d’Anne Dehêtre

Valorisation de notre exercice et de nos actes : c’est le souhait de la FNO pour cette année 2022 !

 

Édito d’Anne Dehêtre paru dans le n°415 du magazine L’Orthophoniste (Janvier 2022)

Que peut-on demander de plus ? Que peut-on exiger de plus ? Le Gouvernement a promis des augmentations de salaire dans la fonction publique, a promis d’aider le secteur médico-social à transposer les accords du Ségur dans les différentes conventions, voire dans les refontes de celles-ci, mais les efforts sont encore loin des objectifs attendus.

Pour les orthophonistes, les niveaux de salaire ne correspondent toujours pas à une quelconque réalité. Pas de salaire à la hauteur du niveau de qualification, pas de salaire à la hauteur du degré d’autonomie ou de responsabilité qui est celui de notre profession à l’hôpital ou dans les structures. Pas de statut non plus en adéquation avec nos compétences.

Alors pour 2022, oui, nous sommes encore en droit d’exiger une nouvelle hausse salariale, un nouveau statut qui nous amènerait enfin à un niveau acceptable, au juste niveau de notre degré de qualification.

Pour les libéraux, nos exigences sont les  mêmes. Les revalorisations de nos actes, de par un calendrier conventionnel contraint – des négociations avec l’Union nationale des caisses d’assurance maladie qui ne s’ouvrent que tous les 5 ans – doivent aussi permettre aux professionnels libéraux de suivre l’augmentation des prix, l’évolution de l’inflation qui elles, n’attendent pas 5 ans… La politique de santé du Gouvernement, sa vision de la santé publique ont posé comme préalable que le paiement à l’acte participait à l’inflation des dé- penses de santé. Au vu des difficultés d’accès aux soins des patients à la plupart des professions de santé, nous pouvons supposer que les orthophonistes ne sont pas les seuls à connaitre une démographie professionnelle en berne ! Alors, nous sommes en droit de nos interroger aujourd’hui sur la pertinence de cette ligne politique, et sur la crainte d’une assurance maladie rendue encore plus déficitaire à cause de professionnels de santé qui, voyant leur lettre-clé valorisée, démultiplieraient le volume de leurs actes…Nous ne pouvons y croire, et nous y croyons d’autant moins que la plupart des professionnels de santé que nous côtoyons tous les jours, nos collègues orthophonistes mais  aussi les kinés, les médecins… ne peuvent recevoir plus de patients, les journées n’étant pas assez longues. Il y a peu de chance que cette ligne gouvernementale bouge… Mais alors, c’est une valorisation importante de la plupart de nos actes (de tous ?) qu’il va falloir appliquer, faute de quoi, les orthophonistes libéraux ne pourront pas non plus faire face aux différentes charges qui pèsent sur eux.

La FNO a bien sûr d’autres souhaits pour la profession, pour les orthophonistes, pour chacun et chacune d’entre nous : un exercice professionnel simplifié, allégé de ses tâches administratives, dégageant ainsi du temps pour l’amélioration de nos pratiques professionnelles et pour le soin, une reconnaissance (financière aussi) de l’ensemble de ses missions, de coordination, de prévention, d’accompagnement familial… Et bien sûr, une évolution de notre métier en phase avec les nouvelles avancées, découvertes scientifiques…

Pour chacun et chacune d’entre nous, avec chacun et chacune d’entre vous, la FNO souhaite fêter bientôt la réalisation de tous ses souhaits !

Covid, auto-tests, tests antigéniques, indicateurs FAMI :  les points à retenir en ce début d’année

Covid, auto-tests, tests antigéniques, indicateurs FAMI :

  les points à retenir en ce début d’année

Ce début d’année est chargé et le pays subit une nouvelle fois une vague épidémique importante, qui soulève à nouveau de nombreuses questions.

Vous trouverez ici les informations en date du 11 janvier 2022 :

–       Covid

De nouvelles mesures d’isolement ont été publiées lundi 3 janvier 2022 pour les professionnels de santé (salariés ou libéraux) :

Si vous êtes :

  • Cas contact avec schéma vaccinal complet et test négatif : pas d’isolement, autotest à J2 et J4
  • Cas positif asymptomatique ou pauci-symptomatique et schéma vaccinal complet : possibilité de dérogation d’isolement, le PS peut continuer à travailler pour éviter l’interruption des soins, port du masque en continu
  • Cas positif symptomatique : isolement de 7J, levée de l’isolement à J5 si test antigénique ou PCR négatif

Ces mesures dérogatoires sont temporaires, dans tous les cas les gestes barrières doivent être scrupuleusement respectés. 

Nous rappelons que la vaccination est obligatoire pour les professionnels de santé depuis septembre 2021.

La dose de rappel « sera intégrée dans l’obligation vaccinale applicable aux personnels travaillant dans les secteurs sanitaire et médico-social au 30 janvier 2022 date à laquelle, ils devront donc présenter un schéma vaccinal valide »  (note « DGS Urgent n° 2022_07 » publiée le 10 janvier 2022 par la Direction générale de la santé)

Par conséquent, à compter du 30 janvier 2022, pour continuer à travailler, les professionnels de santé devront avoir reçu leur dose de rappel au plus tard 7 mois après la dernière injection. Ce délai sera ramené à 4 mois à partir du 15 février 2022.

–     Autotests

Le ministère de la santé a publié une liste de professionnels de santé pour lesquels les auto-tests seraient délivrés gratuitement en pharmacie.

La FNO demande à ce que les orthophonistes puissent eux aussi se voir délivrer gratuitement des auto-tests

–     Tests antigéniques

Beaucoup d’orthophonistes s’interrogent sur la possibilité de réaliser des tests antigéniques. C’est une demande forte de la FNO depuis plusieurs mois, nous avons plusieurs fois interpellé le cabinet du ministre de la Santé pour que les orthophonistes soient inscrits sur la liste des professionnels de santé pouvant effectuer ces tests antigéniques, mais aussi pouvant bénéficier d’auto tests gratuits.

Nous avons aussi rappelé que les enfants des orthophonistes doivent pouvoir être accueillis en classe en cas de besoin, afin de garantir la continuité des soins pour nos patients.

Nous sommes en attente d’un retour de la part du Ministère sur ces différents points.

–     Télésoin

Dans le contexte actuel, la FNO a demandé à ce que de manière dérogatoire, les orthophonistes puissent dépasser la limite des 20% d’actes autorisés en télésoin. En effet, dans le cadre de la 5e vague que nous traversons actuellement, de nombreux patients ne peuvent bénéficier des soins en présentiel, ceux-ci se poursuivent donc à distance.

L’Assurance Maladie nous confirme qu’une souplesse sera accordée afin de garantir la continuité des soins.

–     FAMI

La neutralisation du critère de taux de télétransmission des feuilles sécurisées fixé à 70% concernant la déclaration du FAMI 2021 a également été demandée. La FNO est en attente d’une réponse de l’assurance maladie sur ce point ; cette neutralisation paraît indispensable dans le cadre de ces vagues épidémiques successives.

Pour rappel, la période de saisie des indicateurs est prévue du 11 janvier au 2 mars 2022.

Accès direct aux soins en orthophonie : L’édito du bureau national

Accès direct aux soins en orthophonie

Bien    loin   d’un  danger, c’est  un  parcours de  soins  simplifié  pour      une  coordination renforcée entre  professionnels de  santé

Édito du Bureau paru dans le n°413 du magazine L’Orthophoniste (novembre 2021)

Depuis l’adoption par l’Assemblée nationale d’un article proposant « l’accès direct » pour certaines professions de santé dont les orthophonistes dans le PLFSS 2022, les communiqués de presse de certaines organisations médicales visant à dénoncer les expérimentations se multiplient.

Ces  réactions  d’un  autre  temps,  s’appuyant  sur une vision verticale du rapport prescripteur/ prescrit, agitent des peurs injustifiées. Elles ne reposent que sur la méconnaissance du projet, pourtant exposé – la FNO le rappelle- à tous les syndicats re- présentatifs des médecins depuis plusieurs années, et notam- ment rappelé lors du vote d’un article non limitatif, lors de la loi Rist en avril dernier. Ces communications nient la réalité du rapport médecin/orthophoniste/patient sur le terrain.

La  FNO  rappelle  que  l’accès  direct  aux  soins  s’inscrit  dans un projet global pour essayer de faciliter l’accès aux soins en orthophonie. 20 propositions ont été présentées au ministre de la Santé ; certaines ont déjà été mises en oeuvre et c’est un déploiement de toutes ces actions qui permettra à plus de patients d’être pris en soins en orthophonie.

La FNO rappelle que dans son projet présenté aux syndicats médicaux et aux tutelles :

  • L’accès direct ne sera pas exclusif ; l’accès avec prescription sera toujours possible.
  • L’accès direct tel que proposé par la FNO est sécurisé pour le patient en préservant l’avis médical. Le compte rendu de bilan orthophonique au médecin est déjà obligatoire depuis 2002.
  • L’accès aux soins orthophoniques sans diagnostic médical préalable dans un grand nombre de cas est une réalité de terrain depuis plus de 20 La réalité du parcours de soins n’a entraîné aucun risque pour les patients ; ce parcours est basé sur la coordination de soins et sur une expertise reconnue.
  • L’orthophoniste souhaite continuer à agir dans ses domaines de compétences : aucune délégation ou transfert de tâches n’est réclamé par la profession.
  • Les orthophonistes orientent massivement les patients vers des examens complémentaires (via leur médecin traitant) chez des médecins spécialistes et particulièrement pour des examens ORL.
  • Actuellement, près de 20 % des prescriptions médicales de bilan orthophonique que les orthophonistes sont règlementairement tenus de réaliser ne sont pas nécessaires et relèvent d’un mauvais adressage.

La FNO s’étonne que l’interdisciplinarité et la juste reconnaissance des compétences autonomes de chaque professionnel aient encore besoin d’être argumentées et défendues, malgré la réalité des coopérations et de l’évolution des organisations des soins sur le terrain.

À une ère où le patient est devenu central dans le soin, où chaque professionnel de santé peut contribuer à ce qu’il agisse au mieux pour sa santé, à une ère où les actions de prévention, d’information, d’éducation, permettent à chacun de jouer son rôle, les professionnels de santé peuvent travailler en bonne entente. Le médecin généraliste comme les autres spécialités médicales sont indispensables et doivent rester « pivots » du système.

La FNO rappelle qu’il est temps de fluidifier les parcours de soin pour le bénéfice du patient.

La FNO soutient les médecins généralistes et spécialistes dans leur combat pour une juste reconnaissance de leur profession, une juste valorisation de leurs actes et de leurs missions.

Mais cette juste reconnaissance et cette valorisation des médecins, difficile à obtenir en effet, ne doit pas se faire au détriment des autres professionnels de santé ni passer par une dévalorisation et une pénalisation des « prescrits » par les prescripteurs.

La FNO appelle au contraire toutes les organisations représentatives des professionnels de santé à être unies et à se battre ensemble pour faire reconnaitre justement les compétences spécifiques à chaque profession et pour qu’elles soient valorisées à leur juste niveau.