L'accès à la totalité de l'article est réservé aux adhérents
S'identifier - Pourquoi adhérer ?
AccueilActualitésVie syndicale

Le souhait de la FNO pour cette année 2022 : l’édito d’Anne Dehêtre

Valorisation de notre exercice et de nos actes : c’est le souhait de la FNO pour cette année 2022 !

 

Édito d’Anne Dehêtre paru dans le n°415 du magazine L’Orthophoniste (Janvier 2022)

Que peut-on demander de plus ? Que peut-on exiger de plus ? Le Gouvernement a promis des augmentations de salaire dans la fonction publique, a promis d’aider le secteur médico-social à transposer les accords du Ségur dans les différentes conventions, voire dans les refontes de celles-ci, mais les efforts sont encore loin des objectifs attendus.

Pour les orthophonistes, les niveaux de salaire ne correspondent toujours pas à une quelconque réalité. Pas de salaire à la hauteur du niveau de qualification, pas de salaire à la hauteur du degré d’autonomie ou de responsabilité qui est celui de notre profession à l’hôpital ou dans les structures. Pas de statut non plus en adéquation avec nos compétences.

Alors pour 2022, oui, nous sommes encore en droit d’exiger une nouvelle hausse salariale, un nouveau statut qui nous amènerait enfin à un niveau acceptable, au juste niveau de notre degré de qualification.

Pour les libéraux, nos exigences sont les  mêmes. Les revalorisations de nos actes, de par un calendrier conventionnel contraint – des négociations avec l’Union nationale des caisses d’assurance maladie qui ne s’ouvrent que tous les 5 ans – doivent aussi permettre aux professionnels libéraux de suivre l’augmentation des prix, l’évolution de l’inflation qui elles, n’attendent pas 5 ans… La politique de santé du Gouvernement, sa vision de la santé publique ont posé comme préalable que le paiement à l’acte participait à l’inflation des dé- penses de santé. Au vu des difficultés d’accès aux soins des patients à la plupart des professions de santé, nous pouvons supposer que les orthophonistes ne sont pas les seuls à connaitre une démographie professionnelle en berne ! Alors, nous sommes en droit de nos interroger aujourd’hui sur la pertinence de cette ligne politique, et sur la crainte d’une assurance maladie rendue encore plus déficitaire à cause de professionnels de santé qui, voyant leur lettre-clé valorisée, démultiplieraient le volume de leurs actes…Nous ne pouvons y croire, et nous y croyons d’autant moins que la plupart des professionnels de santé que nous côtoyons tous les jours, nos collègues orthophonistes mais  aussi les kinés, les médecins… ne peuvent recevoir plus de patients, les journées n’étant pas assez longues. Il y a peu de chance que cette ligne gouvernementale bouge… Mais alors, c’est une valorisation importante de la plupart de nos actes (de tous ?) qu’il va falloir appliquer, faute de quoi, les orthophonistes libéraux ne pourront pas non plus faire face aux différentes charges qui pèsent sur eux.

La FNO a bien sûr d’autres souhaits pour la profession, pour les orthophonistes, pour chacun et chacune d’entre nous : un exercice professionnel simplifié, allégé de ses tâches administratives, dégageant ainsi du temps pour l’amélioration de nos pratiques professionnelles et pour le soin, une reconnaissance (financière aussi) de l’ensemble de ses missions, de coordination, de prévention, d’accompagnement familial… Et bien sûr, une évolution de notre métier en phase avec les nouvelles avancées, découvertes scientifiques…

Pour chacun et chacune d’entre nous, avec chacun et chacune d’entre vous, la FNO souhaite fêter bientôt la réalisation de tous ses souhaits !

Tout savoir en 90 secondes

Tout savoir en 90 secondes

 

#1 la facturation des soins

Retrouvez toutes les informations dont vous avez besoin dans votre pratique au quotidien sur le livret pro en cliquant ici

Téléchargez l’article en PDF en cliquant ici

Mais comment fonctionne la FNO ?

Mais comment fonctionne la FNO ?
Votre adhésion est essentielle.
Cette année encore, c’est votre adhésion qui porte votre parole.
Profitez également de tous les avantages de votre adhésion.
Ensemble, décidons de l’avenir de notre profession !

Expérimentation de l’accès direct  : une avancée historique pour la profession, une victoire de la FNO !

Expérimentation de l’accès direct  : une avancée historique pour la profession, une victoire de la FNO !

Après une longue et difficile séquence parlementaire, grâce à la forte mobilisation de vos représentants syndicaux, l’expérimentation pour l’accès direct aux soins orthophoniques est finalement adoptée !

Le conseil constitutionnel a validé l’amendement de la Loi de Financement de la Sécurité Sociale, adopté au parlement : une expérimentation de 3 ans aura lieu dans 6 départements !

Les orthophonistes intégré.e.s dans tout type de structure d’exercice coordonné pourront alors recevoir des patient·es avec ou sans prescription.

Le Conseil National Professionnel des orthophonistes, composé de la FNO et de l’Unadréo, sera reçu courant janvier à la Haute Autorité de Santé pour examiner les éléments à faire apparaître dans le décret d’application, et notamment définir les départements expérimentateurs.

C’est une belle reconnaissance pour notre profession et une grande victoire pour la FNO qui porte cette revendication d’évolution d’accès aux soins orthophoniques dans le respect du parcours pour le ou la patient·e et de la coordination avec le médecin, depuis plusieurs mandats maintenant !

Déclaration liminaire lue par Anne Dehêtre, Présidente à l’ouverture des négociations conventionnelles

Déclaration liminaire

lue par Anne Dehêtre, Présidente à l’ouverture des négociations conventionnelles

Mercredi 17 novembre 2021 à 16h45

Monsieur le Directeur général,

Mesdames, Messieurs

A la lecture des propositions de ce jour de la CNAM, la FNO regrette que la demande forte des orthophonistes n’ait pas été entendue.

La FNO regrette de ne pas avoir eu un dialogue préalable, malgré les demandes réitérées, avec le ministre des Solidarités et de la Santé, ni avoir eu communication de la lettre de cadrage des négociations conventionnelles qui s’ouvrent aujourd’hui.

La demande principale, l’augmentation de la lettre-clé, de l’AMO, qui seule permettrait une revalorisation égalitaire de tous les orthophonistes sur tout le territoire ne semble pas être dans les solutions envisagées par l’Assurance maladie aujourd’hui.

La doctrine qui prime aujourd’hui n’est pas de valoir sur l’exercice généraliste des orthophonistes mais de s’intéresser plus à certains domaines de notre champ.

La FNO réitère aussi sa position : il est essentiel de pouvoir prendre en charge tous les patients, quelle que soit leur pathologie.

La FNO attendait un geste fort pour donner suite au ségur de la santé et une revaloriation importante des orthophonistes en libéral, orthophonistes qui doivent faire face à des soins qui devraient être réalisés à l’hôpital ou dans les structures médico-sociales au virage ambulatoire souhaité par les récentes politiques de santé. Un besoin de soins de plus en plus important des patients, en sortie de néonatologie atteints de maladies neurodégénératives ou de pathologies neurologiques

Le mandat de négociation est entravé par ce constat. A l’issue de cette première séance de négociations, la FNO reviendra vers ses mandants pour déterminer la suite de notre dialogue conventionnel.

 

Retour sur l’entretien Nexem

Retour sur l’entretien Nexem Lors des échanges du début de l’année (avril 2021) avec Nexem, les discussions ont porté sur la refonte de la convention 66 et la création d’une…

L'accès à la totalité de l'article est réservé aux adhérents

Accès direct aux soins en orthophonie : L’édito du bureau national

Accès direct aux soins en orthophonie

Bien    loin   d’un  danger, c’est  un  parcours de  soins  simplifié  pour      une  coordination renforcée entre  professionnels de  santé

Édito du Bureau paru dans le n°413 du magazine L’Orthophoniste (novembre 2021)

Depuis l’adoption par l’Assemblée nationale d’un article proposant « l’accès direct » pour certaines professions de santé dont les orthophonistes dans le PLFSS 2022, les communiqués de presse de certaines organisations médicales visant à dénoncer les expérimentations se multiplient.

Ces  réactions  d’un  autre  temps,  s’appuyant  sur une vision verticale du rapport prescripteur/ prescrit, agitent des peurs injustifiées. Elles ne reposent que sur la méconnaissance du projet, pourtant exposé – la FNO le rappelle- à tous les syndicats re- présentatifs des médecins depuis plusieurs années, et notam- ment rappelé lors du vote d’un article non limitatif, lors de la loi Rist en avril dernier. Ces communications nient la réalité du rapport médecin/orthophoniste/patient sur le terrain.

La  FNO  rappelle  que  l’accès  direct  aux  soins  s’inscrit  dans un projet global pour essayer de faciliter l’accès aux soins en orthophonie. 20 propositions ont été présentées au ministre de la Santé ; certaines ont déjà été mises en oeuvre et c’est un déploiement de toutes ces actions qui permettra à plus de patients d’être pris en soins en orthophonie.

La FNO rappelle que dans son projet présenté aux syndicats médicaux et aux tutelles :

  • L’accès direct ne sera pas exclusif ; l’accès avec prescription sera toujours possible.
  • L’accès direct tel que proposé par la FNO est sécurisé pour le patient en préservant l’avis médical. Le compte rendu de bilan orthophonique au médecin est déjà obligatoire depuis 2002.
  • L’accès aux soins orthophoniques sans diagnostic médical préalable dans un grand nombre de cas est une réalité de terrain depuis plus de 20 La réalité du parcours de soins n’a entraîné aucun risque pour les patients ; ce parcours est basé sur la coordination de soins et sur une expertise reconnue.
  • L’orthophoniste souhaite continuer à agir dans ses domaines de compétences : aucune délégation ou transfert de tâches n’est réclamé par la profession.
  • Les orthophonistes orientent massivement les patients vers des examens complémentaires (via leur médecin traitant) chez des médecins spécialistes et particulièrement pour des examens ORL.
  • Actuellement, près de 20 % des prescriptions médicales de bilan orthophonique que les orthophonistes sont règlementairement tenus de réaliser ne sont pas nécessaires et relèvent d’un mauvais adressage.

La FNO s’étonne que l’interdisciplinarité et la juste reconnaissance des compétences autonomes de chaque professionnel aient encore besoin d’être argumentées et défendues, malgré la réalité des coopérations et de l’évolution des organisations des soins sur le terrain.

À une ère où le patient est devenu central dans le soin, où chaque professionnel de santé peut contribuer à ce qu’il agisse au mieux pour sa santé, à une ère où les actions de prévention, d’information, d’éducation, permettent à chacun de jouer son rôle, les professionnels de santé peuvent travailler en bonne entente. Le médecin généraliste comme les autres spécialités médicales sont indispensables et doivent rester « pivots » du système.

La FNO rappelle qu’il est temps de fluidifier les parcours de soin pour le bénéfice du patient.

La FNO soutient les médecins généralistes et spécialistes dans leur combat pour une juste reconnaissance de leur profession, une juste valorisation de leurs actes et de leurs missions.

Mais cette juste reconnaissance et cette valorisation des médecins, difficile à obtenir en effet, ne doit pas se faire au détriment des autres professionnels de santé ni passer par une dévalorisation et une pénalisation des « prescrits » par les prescripteurs.

La FNO appelle au contraire toutes les organisations représentatives des professionnels de santé à être unies et à se battre ensemble pour faire reconnaitre justement les compétences spécifiques à chaque profession et pour qu’elles soient valorisées à leur juste niveau.

 

 

Les propositions pour l’accès aux soins en orthophonie

La réponse à la demande de soins en orthophonie :
Un enjeu majeur de santé publique,
une nécessité pour notre profession,
une priorité de la Fédération Nationale des Orthophonistes 

 

L’accès aux soins en orthophonie consiste à permettre à la population qui le nécessite, sur l’ensemble du territoire national, d’obtenir un rendez-vous chez un orthophoniste dans des délais qui permettent une réponse de prise en soins adaptée à la demande.

C’est un enjeu de santé public majeur, et c’est une priorité pour la Fédération nationale des orthophonistes. 

Il s’agit d’une question prioritaire pour la profession car les orthophonistes veulent et doivent pouvoir répondre à ces demandes de soins, sans être soumis à des contraintes intenables d’agenda et y contraindre leurs patients. Les séances d’orthophonie ont une durée minimale définie règlementairement, et ne concernent, majoritairement,qu’un patient à la fois.

Les orthophonistes sont de plus en plus victimes d’épuisement professionnel face aux constantes demandes auxquelles ils ne peuvent plus répondre.

C’est un risque professionnel, un risque pour le maintien de la qualité des soins et par répercussion, un risque pour les patients !

Alors quelles solutions ? 

La FNO avait présenté dès mai 2018 à la ministre de la Santé des pistes innovantes constituées par 6 axes d’amélioration pour traiter de manière globale cette difficulté à répondre à la demande de soins pour les orthophonistes.

La FNO a depuis, pu mettre en place plusieurs de ces propositions.

L’accès aux soins orthophoniques est l’une des propositions fortes émises par la FNO depuis plusieurs années. L’adoption de l’amendement permettant une expérimentation de l’accès direct serait une évolution majeure dans l’accès aux soins pour les patients.

 

Les propositions de la FNO

 

Article mis à jour le21 octobre 2021
Si vous avez des questions, des remarques ou des suggestions, écrivez nous à contact@fno.fr

Le pré-projet de loi de financement de la Sécurité sociale est sorti : L’édito d’Anne Dehêtre

Le pré-projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) est sorti…

Et malgré les dires du ministre de la Santé, les orthophonistes sont loin du compte…

Édito d’Anne Dehêtre paru dans le n°412 du magazine l ‘Orthophoniste (Octobre 2021)

 « Dans ce projet de loi de financement de la sécurité sociale, chacun y trouvera son compte … », c’est  en ces termes que le ministre de la Santé, Olivier Véran, s’est exprimé lors de la présentation des comptes de l’Assurance maladie en ce mois de septembre.

Mais notre lecture n’est pas la même… Certaines mesures de revalorisation sont bien prises en faveur des salariés dans le médico-social (encore largement insuffisantes  pourtant)  mais  l’essentiel  du texte touche soit la réorganisation des soins sur le territoire au sein des exercices regroupés, comme les communautés professionnelles de santé (CPTS), ou les maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP), soit les médicaments, soit… Sans exercice regroupé au sein d’une structure, point de salut !

Pourtant, rappelons tout de même que la très grande majorité des professionnels de santé libéraux exerce en-dehors d’un regroupement formel, de type CPTS, ou MSP, et que cet exercice permet et a permis la prise en soins de la plupart des patients sur tout le territoire national, qu’il permet d’éviter les hospitalisations ou les ré-hospitalisations et la chronicisation de certaines pathologies. Pourtant, cet exercice prétendument « isolé » n’est toujours pas revalorisé, ni même reconnu dans les grandes lignes du PLFSS.

Et pour les orthophonistes spécifiquement ! Rien… Rien sur une évolution de nos pratiques d’exercice et rien sur l’accès direct alors que pendant les discussions autour de la loi Rist, tant de parlementaires y étaient favorables ! Car nos élus ont compris combien l’accès aux soins pouvait être facilité par cette mesure.

La lecture du texte à l’Assemblée ne commencera que  mi-octobre  (après  l’écriture  de  ces  lignes)  : nous pouvons en espérer des changements de dernière minute, et surtout, nous tenterons d’y faire porter des amendements par les parlementaires, largement mobilisés par tous et toutes nos représentant•es des syndicats régionaux et départementaux.

Encore une fois, la FNO et ses syndicats régionaux resteront mobilisés pour faire entendre leurs voix pendant les discussions autour d’un projet de loi qui ne porte pas les ambitions ni de l’hôpital ou des établissements médico-sociaux, ni de l’exercice libéral.

La revalorisation des actes : une nécessité !

La revalorisation des actes est une nécessité : pour maintenir la qualité des soins pour tous les patients de tout le territoire

 

Les 80 administrateurs·trices du Conseil d’Administration, représentant l’ensemble des syndicats régionaux de la FNO ont adopté  à l’unanimité une motion, demandant la revalorisation de l’AMO, lettre clé des actes d’orthophonie.

Les administrateurs affirment que les orthophonistes attendent un geste fort du ministère de la santé pour leur permettre de soigner les patients et de répondre aux besoins de soins sur le territoire.

La lettre clé des consultations des orthophonistes n’a pas été revalorisée depuis 10 ans alors que le coût de la vie a connu une augmentation constante sur la même période.

  • Le déplacement pour une séance à domicile d’un patient est de 2,50€. Ce tarif ne permet plus  de se déplacer à domicile (soins de plus en plus indispensables avec le vieillissement de la population et les maladies chroniques)
  • Tous les actes de prévention ayant pour objectif de limiter une apparition des troubles ou leur aggravation auprès des patients, des familles et du grand public sont des actes « non rémunérés/bénévoles »

Les orthophonistes veulent avoir les moyens de répondre aux besoins de soins sur le territoire.

 

Augmenter l’AMO des orthophonistes :  une nécessité !

 

Le principe de l’ouverture de négociations tarifaires à l’automne 2021 a été acté dans l’avenant 18 ; la profession ne peut plus attendre !

Depuis 10 ans, la lettre-clé des orthophonistes (AMO) n’a pas été revalorisée alors que le coût de la vie a connu une augmentation constante.

La profession a été parmi les professions de santé la plus impactée économiquement par la crise sanitaire. Les honoraires des orthophonistes ont baissé de plus de 14 % en 2020, ce qui a été souligné lors de la présentation de la commission des comptes de la Santé, le 21 septembre dernier. La caisse d’Assurance maladie reconnaît la bonne maîtrise historique des dépenses de soins en orthophonie, ainsi que le bon déroulement des expérimentations menées avec la profession.

Le Conseil d’Administration de la FNO, réuni ce dimanche 17 octobre 2021, demande que l’augmentation de l’AMO soit LA PRIORITÉ des négociations conventionnelles qui doivent s’ouvrir.

Les orthophonistes attendent une augmentation conséquente et équitable pour toutes et tous ! Le ministre de la Santé et le Directeur de l’Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie doivent prendre leurs responsabilités.

 

Présentation de la FNO : Syndicat professionnel qui fédère 8 200 orthophonistes, la FNO représente
l’Orthophonie et les orthophonistes aux niveaux national et local. Elle vise à défendre et promouvoir leur exercice et à améliorer la qualité des soins, pour les patients et pour le système de santé.

Contacts presse :

  • Anne DEHÊTRE – 06 78 12 51 48, présidente de la FNO – 06 78 12 51 48
  • Christophe RIVES – 06 86 76 05 89, vice-président en charge de l’exercice libéral et de l’interprofessionalité – 06 86 76 05 89