L'accès à la totalité de l'article est réservé aux adhérents
S'identifier - Pourquoi adhérer ?
AccueilVous êtes ?Questions éthiques : Nécessité/impossibilité

Nécessité/impossibilité

Max, 3 ans présente un gros trouble du langage oral (parole et langage). Il aurait besoin de rééducation orthophonique. Le médecin a prescrit « un bilan plus rééducation si nécessaire ».

A l’issue du bilan il est proposé une prise en soins. La maman explique qu’elle est dans l’impossibilité de se rendre aux rendez-vous : elle ne refuse pas les soins pour son fils mais elle est dans une situation complexe : femme battue, elle vient de se séparer de son conjoint et elle a besoin de se reconstruire.

Par ailleurs elle a de nombreuses démarches à effectuer.

Dilemme

Les soins orthophoniques sont vraiment nécessaires car Max a de grosses difficultés. On ne peut pas imposer à sa mère de venir toutes les semaines dans son contexte actuel. Comment faire ?

Questions

A qui s’adresser pour trouver des solutions ? doit-on aider la maman à trouver des solutions pour elle et pour Max ? Comment trouver des solutions pour que Max vienne au cabinet ?

Éthique

Il est essentiel de prendre en compte le contexte familial, social et psychologique de cet enfant. Max a besoin de soins et il ne faut pas refuser et l’exclure sous prétexte qu’on ne pourrait pas respecter les normes de prises en soin. (PRINCIPE DE BIENFAISANCE) Il ne faut pas non plus se substituer à la famille, ni aux intervenants agissant dans cette situation sociale particulière. Pour ce qui est de la situation de la mère, les organismes appropriés agissent et n’ont pas obligation de divulguer toutes les informations (préservation de l’intimité). Il est possible d’agir en concertation avec l’école en faisant très attention à la préservation du secret médical. Il est important de renforcer chez la maman ce qu’elle fait déjà pour aider Max par rapport à ses difficultés de langage, valoriser ses compétences éducatives et lui apporter des éléments pour qu’elle puisse l’aider davantage (PRINCIPE D’AUTONOMIE).

Quelques propositions

Proposer un suivi espacé tant que la maman n’a pas résolu ses problèmes. Proposer des échanges avec l’école en accord avec la maman. Informer le médecin, avec l’accord de la maman sur ce qui est proposé. (L’échange d’informations au sujet du patient ne peut se faire qu’avec son accord, donc en l’informant. Loi sur les droits du patient 2002.)