L'accès à la totalité de l'article est réservé aux adhérents
S'identifier - Pourquoi adhérer ?
AccueilActualitésCovid-19 : message au 15 mars 2020

Cher(e)s collègues

La situation sanitaire en France continue d’évoluer rapidement ; le nombre de personnes atteintes par le coronavirus augmente de façon exponentielle, les mesures afin de limiter la propagation du virus sont plus strictes.

Cette situation inédite soulève de nombreuses et légitimes inquiétudes et interrogations de la part des patients et de la part des orthophonistes.

La FNO est toujours en contact étroit avec le ministère de la Santé et les autres organisations professionnelles de santé. À ce jour, la FNO ne peut répondre qu’en suivant les préconisations et recommandations du ministère de la santé.

Il n’est juridiquement pas du ressort de la FNO d’appeler à la fermeture des cabinets libéraux ; nous échangeons à ce sujet avec le ministère de la Santé.

En ce qui concerne les indemnisations ou compensations pour les pertes d’exploitation, la FNO, ainsi que toutes les autres organisations représentatives des professionnels de santé, va y travailler avec les ministères concernés dès la semaine prochaine, si la crise sanitaire le permet.

Les orthophonistes, professionnel.le.s de santé, libéraux ou salariés, doivent contribuer aux dispositifs et aux mesures mis en place pour limiter les transmissions du virus et son impact sur les patient.e.s les plus fragiles.

La FNO préconise de suivre les recommandations officielles de la Direction générale de la santé (DGS).

À ce titre, et à ce jour, 15 mars 2020 (les directives peuvent être revues au jour le jour), les directives de la DGS sont :

– Les patient.e.s les plus fragiles, et notamment les plus de 70 ans, devant restreindre drastiquement leurs interactions sociales, il est demandé à certains professionnel.le.s – pédicures-podologues, orthophonistes, orthoptistes, audioprothésistes, masseurs-kinésithérapeutes – de reporter les soins non-urgents pour ces personnes afin d’éviter les sorties, les salles d’attente.

https://dgs-urgent.sante.gouv.fr/dgsurgent/inter/detailsMessageBuilder.do?id=30500&cmd=visualiserMessage

– Il est fortement conseillé à tous les professionnel.le.s de santé de ne pas faire venir au sein des cabinets libéraux les patient.e.s considérés comme fragiles (https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/coronavirus-qui-sont-les-personnes-fragiles). Les soins seront reportés.

Chaque orthophoniste, professionnel.le de santé, doit évaluer, pour sa patientèle, les risques et notamment si les mesures d’hygiène et de sécurité peuvent être garanties pour les patients et les professionnels au sein du cabinet ou au domicile. Si les mesures d’hygiène ne peuvent être garanties, la FNO invite à suivre strictement les préconisations du ministère de la Santé, c’est-à-dire, de reporter les rendez-vous pour les soins non urgents.

La délivrance des masques est encore actuellement réservée aux professions prioritaires, c’est-à-dire les professions qui ont à soigner les patients atteints du Covid-19, ou les patients en urgence vitale :  le stock est en effet toujours largement insuffisant.

La FNO a demandé au Ministère de la santé, seul habilité à la délivrer, l’autorisation de pratiquer la téléorthophonie qui à ce jour n’est pas légalement autorisée.

Chaque orthophoniste s’interrogeant sur sa situation médicale personnelle doit se mettre en rapport avec son médecin traitant.

Avec l’ensemble des organisations de professionnels de santé, la FNO va se mettre en rapport avec le Ministère des finances afin d’envisager des mécanismes pour compenser la perte d’activités, en plus des compensations financières déjà connues.

Sur le site de la FNO, vous trouverez une fiche sur les mesures financières et les mesures d’hygiène.

Toutes ces mesures sont susceptibles d’évoluer rapidement, l’objectif étant de limiter la propagation du virus et l’engorgement des services hospitaliers.

Nous vous invitons à visiter régulièrement le site ou la page FaceBook de la FNO sur lesquels nous vous tiendrons informés.